fbpx

La hache au cours de la protohistoire

Sommaire :

 L’âge du cuivre :

      1.  La hache de cuivre : un outil avant une arme

      2.  Une utilisation commune et répandue

  L’âge du bronze :

    L’avènement du bronze

      1.  La hache de bronze

      2.  Une nouvelle méthode de production

      3La production artisanale

L'âge du cuivre

1. La hache de cuivre : un outil avant une arme

La hache de cuivre lors de son invention fut avant tout un outil d’agriculture et de récolte. Elle est à la fois pratique, légère, résistante, et peu onéreuse. Elle permet à son propriétaire d’accomplir bien des tâches et d’être productif. Celle-ci se voit dans un premier temps utilisée pour défricher les champs et couper le bois. Elle était parfois forgée en forme de flèche, comme une lance, afin de creuser la terre pour arracher, creuser, ou écarter la terre lors des semences.

De prime abord, elle est un outil rustique et simpliste, mais c’est dans le développement de ses techniques de production que les artisans de l’époque ont pu acquérir les compétences nécessaires à la forge d’outils plus complexes et utilisant de nouveau matériaux. 

2. Une utilisation commune et répandue

On retrouve des traces de haches et outils en cuivre catégorisés comme hache dans toute l’Europe, en Orient, Asie et en Afrique du Nord. Souvent utilisés à divers fins car très polyvalentes ces haches n’en demeurent pas moins les prémices de celles d’aujourd’hui. C’est pour notamment pour cette raison que celle-ci se retrouve très largement représentée lors de l’âge d’or de la Grèce antique. 

L'âge du bronze :

L'avènement du bronze

Les plus anciennes haches faites d’une partie en métal étaient constituées de cuivre, mais c’est avec la maîtrise du bronze (alliage de cuivre et d’étain) que la hache pris toutes ses caractéristiques que l’on retrouve aujourd’hui.

1. La hache de bronze

Les haches sont des marqueurs culturels qui contribuent à définir des groupes de population, selon leur esthétique et leur procédé de confection elles occupent des places différentes dans la société. Par exemple la hache à douille apparaît à l’âge du bronze et connaît une énorme diffusion en Armorique et en Normandie. Selon les archéologues, bien qu’inutiles en tant qu’outils elles auraient pu servir d’objets décoratifs voire de proto-monnaie.

Tête de hache à douille.

2. Une nouvelle méthode de production

Dû aux millénaires d’exploitation de la pierre et qui plus est, polie. Il est tout naturel que les premières haches en bronze, nommées « haches plates » imitaient les lames de pierres polies qui se confectionnaient alors depuis bien longtemps. D’une couleur dorée, le cuivre en fusion était versé dans un moule en terre cuite ou en pierre pour être par la suite retravaillé et associé à un manche (le plus souvent en bois).

Têtes de haches en bronze.

3. La production artisanale

Avec l’expérience acquise, les artisans ont pu commencer à améliorer le procéder de confection et ont ajouté des rebords, permettant d’éviter que le manche ne s’encastre dans la lame et le faisant rester en place. C’est aussi l’apparition des premières haches à talon, améliorant l’utilisation, la maniabilité ainsi que la fiabilité de la hache.

Les haches à rebords sont fondues dans des moules bivalves, la coulée s’effectuant par la partie proximale (opposée au tranchant) de l’outil. La trace de séparation longitudinale des deux valves du moule est encore visible sur les côtés des haches brutes de fonderies. Généralement ces traces (ou bavures) sont éliminées par polissage.

D’autres types de haches protohistoriques existent comme les haches à aileron avec une lame en métal de coupe transversale rectangulaire, terminée par un tranchant.

Têtes de haches à rebords, en bronze.

L'histoire de la hache